Accueil > Français > E reo tō ’u > Eaha te parau nō te MARAE - Qu’est-ce que un MARAE ? (Hiro’a n°136/137 - Janvier/Février 2019)

Eaha te parau nō te MARAE - Qu’est-ce que un MARAE ? (Hiro’a n°136/137 - Janvier/Février 2019)

‘Ia parauhia te ta’o « MARAE », e hiti mai te tahi fērurira’a māna’o nō te ti’aturira’a ‘e nō te orara’a tōtiare ‘e poritita, tei ‘ī i te MĀ ‘e te TI’AMĀ ‘e ‘o tei niuhia i te hau-manava ō te Ora, te Ri’i, te Tura, te Ipo, te Maita’i, te Manea ‘e te Hau ho’i...

-->


RENCONTRE AVEC HIRIATA MILLAUD, DIRECTEUR DE LA CULTURE ET DU PATRIMOINE, EN CHARGE DU SUIVI DES DOSSIERS D’INSCRIPTION AU PATRIMOINE MONDIAL DE L’HUMANITÉ

‘Ia parauhia te ta’o « MARAE », e hiti mai te tahi fērurira’a māna’o nō te ti’aturira’a ‘e nō te orara’a tōtiare ‘e poritita, tei ‘ī i te MĀ ‘e te TI’AMĀ ‘e ‘o tei niuhia i te hau-manava ō te Ora, te Ri’i, te Tura, te Ipo, te Maita’i, te Manea ‘e te Hau ho’i ; mau māna’o manava i papahia ‘e te Atua nui rahu ao ra ‘o Ta’aroa-Nui, ‘a rahu ‘e ‘a tahu ai ‘o ia i te ao mā’ohi i te tau mūa ra i te pō ra.

Teie nau māna’o manava i papa i te rahu-ra’a ‘e te fa’anahora’a ō te ao ‘e ō te mau mea ato’a e vai nei ‘e e ora nei, ‘ua arata’i ia, mai te tau ‘auiui mai, i te orara’a fa’aro’o ‘e te orara’a noa ō te nūna’a mā’ohi.

‘E inaha, ‘ei niu-mure-’ore-ra’a i teie nau māna’o manava i papahia i te fērurira’a mā ‘e ti’amā o te « MARAE », ‘ua ha’amau roa teMā’ohiiteieneita’oirotoitevā:mai tei ha’api’ihia mai ‘e te Atua rahu nui ra, ‘ua vāhi‘e‘ua‘āua‘o ia i te tahi tūha’a vā‘o ta na i tapu ‘e ‘o tei hau roa a’e i te ra’a, ‘e ‘ua fa’au- ta i roto i tō na iho mārae, ‘oia tō na feruri- ra’a, tō na ti’aturira’a, tā na ha’apa’ora’a. ‘Ua patu ‘o ia i teie marae i te papa-fenua mai roto mai iā Te-Papa-Mahora ‘e i te papa-tai mai roto mai iā Te-Papa-Farepu’a.

‘A tae ho’i, fānau mai ra te marae, ‘ei māhora ha’amorira’a e tū i te ra’i āteatea ; ‘ua fao- hia nō te hō’ē ānei Atua, te hō’ē tāura, te hō’ē va’a-mata’eina’a, te hō’ē ‘āti ta’ata, nō te hō’ē va’a hiva ānei, ‘e ‘aore ia nō te tahi ora ō te aru-tai-māreva, nō te mea e marae ho’itōtemaumeaato’a‘oteeriro‘eipitoe fero nei i te Atua ‘e te ta’ata, i te Ao-Ra’i ‘e te Fenua, i te Pō ‘e te Ao.

‘Ua ‘itehia te parau nō te marae nā te ao mā’ohi tā’ato’a, ‘ei ta’o ‘e ‘ei tihi ha’amorira’a ‘e fa’atupura’a ‘ōro’a ra’a nō te mau atua.

‘Ei hōho’a patu ineine ‘e nahonaho hope roa, ‘ua ahu-hāere-hia te marae i roto i te ārea tau tenetere X nā Pōrīnētia hiti’a- ō-te-rā ‘e mai roto atu, ‘oia ho’i ïa i te mau
ta’amotu Totaiete, Raroto’a, Tūha’a-pae, Tuamotu ‘e, toro roa atu i te fenua Vaihī ‘e i Rapanui (e pi’ira’a reo mā’ohi ta’a ‘ē rā tō te ta’o marae i te reira mau tūha’a fenua).

Te mana’o nei te mau ti’a vāna’a ‘ihi papa ē, e mea huru ‘ōhie noa te hāmanira’a ō te mau marae i patu-matamua-hia : hō’ē tūha’a vāhi āteatea ‘āuaa ‘e te tahi nau ‘ōfa’i ti’a. I te mau fenua Totaiete, nō te mau ma- rae tāhito roa a’e, ‘ua patuhia hō’ē ‘āua, hō’ē ahu ‘e te tahi nau ‘ōfa’i ti’a. Te marae tāhito roa a’e ō te mau fenua Totaiete i tuatāpapa- tau-hia mai, ‘ua fāitohia ia nō te ārea mata- hiti 1350-1400 nā muri iā I.-K.

I muri mai, i riro na paha te mau tahu’a patu marae i te ha’apori atu i te fa’anaho- nahora’a ō te hōho’a patura’a. I Ni’a-Māta’i, e mea pinepine te marae i te ‘āuahia i te patu teitei ; e hōho’a mou’a tō te ahu i ahu- hia i te ‘ōfa’i ‘arā ‘e pu’a. I Raro-Māta’i mā, e mea varavara te patu marae, ‘āre’a te ahu ra, e hōho’a paepae rōroa ia ‘e te teitei tei ahuhia i te papa pu’a rārahi. Te māna’o ra te mau ti’a vāna’a ‘ihi papa e ‘ua tae’ahia te hōho’a patura’a marae i te tahi fāito rārahi mau mai te ‘ōmuara’a ō te tenetere 17.

E’ita te marae i te tahi patura’a oti, e mea ‘atu’atu-tātā’i-pinepine-hia ‘o ia, ‘e vētahi taime, ‘ua tāuiui-hāere-hia nō te fa’arārahi ānei iā na ‘aore rā nō te ha’apori atu i te tahi nau tūha’a ri’i ‘āpī, ‘e e tae ato’a i te patu- fa’a’āpī-roa-hia mai.

Te vai nei te mau tao’a tei fa’anahohia i ni’a i te marae ‘ia tupu te mau ‘ōro’a ha’amori- ra’a, mai te fata pūpūra’a ō, te pahu ānei, te tapa’au, te tira fa’a’una’unahia i te tapa ‘e te huruhuru manu uri rau, ‘e te vai atu ra. ‘Ua patu-ato’a-hia te tahi nau fare nā te hiti ‘āua marae, mai te fare-iāmanaha vaira’a tao’a tapu ‘e ‘ānaenae, te fare-tahu’a-pure ānei, te fārau-va’a ho’i vaira’a nō te mau va’a tapu ‘e mo’a... ◆

Qu’est-ce que le MARAE ?

RENCONTRE AVEC HIRIATA MILLAUD, DIRECTEUR DE LA CULTURE ET DU PATRIMOINE, EN CHARGE DU SUIVI DES DOSSIERS D’INSCRIPTION AU PATRIMOINE MONDIAL DE L’HUMANITÉ

Le concept de MARAE traduit une pensée (RAE) religieuse et sociopolitique pure et noble () qui procède de puissantes valeurs premières de Vie, d’Humilité, de Respect, d’Amour, de Bonté, de Beauté et de Paix, fondées par le grand dieu créateur lui-même, Ta’aroa-Nui, alors qu’il créa l’univers polynésien aux temps mythiques des Origines.

Ces valeurs qui présidèrent à la création et à l’organisation des mondes, des êtres et des choses régirent de tout temps la vie profane et spirituelle du peuple mā’ohi.

Ainsi, et afin d’asseoir à jamais ces valeurs mythiques inhérentes au concept de MARAE, le Polynésien les encensa en les matérialisant dans l’espace : et comme le lui avait enseigné le Grand Créateur, il délimita un espace clos qui deviendrait le réceptacle le plus sacré, le plus sanctifié et dans lequel il bâtit un temple à ciel ouvert, de basalte et de corail, l’un extrait de la fondation originelle qui s’étend Te-Papa- Māhora, et l’autre puisé dans la fondation minérale de corail Te-Papa-Farepu’a.

Le marae en tant qu’espace ouvert cérémoniel était né ; le Polynésien le dédicaça à un dieu ou un ancêtre divinisé, à une communauté, une lignée ou un clan, ou bien encore à un élément de la Nature, de sorte que chaque chose, chaque être était dépositaire de son propre marae qui, tel un cordon ombilical, assurait un lien sacré et inaliénable entre les mondes, ceux du visible, des humains ou Te-Ao et ceux de l’invisible, des dieux ou Te-Pō.

Le marae en tant que « concept » et en tant que monument cérémoniel ou rituel érigé en vue de l’adoration des divinités existe dans toute l’aire polynésienne.

Dans sa forme architecturale la plus élaborée, le marae s’est développé durant
le premier millénaire dans l’aire géographique de Polynésie centre-orientale : les archipels de la Société, des îles Cook, des Australes, des Tuamotu, jusqu’à Hawai’i et Rapanui (ils y sont désignés par un autre nom vernaculaire).

Les archéologues pensent que les plus anciens marae avaient une forme simple : un espace dégagé et enclos, des pierres dressées. Aux îles de la Société, les plus anciens marae construits réunissaient une cour (’āua), une plateforme sacrée (ahu) et des pierres dressées (’ōfa’i ti’a). Le plus ancien marae daté aux îles de la Société remonterait aux alentours de 1350-1400 après J.-C.

Par la suite, les bâtisseurs de marae auraient fait évoluer l’architecture. Aux îles du Vent, les marae sont souvent enclos de grands murs, les ahu prennent la forme de pyramides de basalte et de corail. Aux îles Sous-le-Vent, les murs sont rares, et les ahu sont de longues et hautes plateformes bâties de grandes dalles coralliennes. Les archéologues observent un essor vers le monumental à partir du XVIIe siècle.

Le marae n’était pas un monument figé, il était régulièrement entretenu, restauré, et parfois modifié pour être agrandi ou complété de nouveaux éléments architecturaux, voire reconstruit.

Des objets rituels étaient placés sur les marae durant les cérémonies, tels que tables d’offrandes (fata), tambours (pahu), figures anthropomorphes tressées en feuilles de palme de cocotier (tapa’au), mâts en bois (tira) ornés de tapa et de plumes colorées, pour n’en citer que quelques-uns. Des maisons étaient construites à proximité du marae : le fare-iāmanaha pour entreposer les objets et trésors les plus sacrés, le fare-tahu’a-pure pour les prêtres, le fare ’ōpū-nui pour les gardiens du temple, le fārau-va’a ou hangar pour les pirogues sacrées. ◆

+ d’infos : le site de la DCP http://www.culture-patrimoine.pf/spip.php?rubrique211 Les MARAE en Polynésie

Eaha te parau nō te MARAE - Qu’est-ce que un MARAE ? (Hiro’a n°136/137 - Janvier/Février 2019) (à télécharger)