Accueil > Français > SCP > Présentation du Service de la Culture et du Patrimoine

Présentation du Service de la Culture et du Patrimoine



LE SERVICE DE LA CULTURE ET DU PATRIMOINE - (SCP)
Te pu no te ta’ere e no te faufa’a tumu

Siège : PK 15 – Pointe des pêcheurs Nuuroa – Punaauia
BP 380 586 Tamanu – 98718 Punaauia
Tél : 40 50 71 77 – Fax : 40 42 01 28
Courriel : direction@culture.gov.pf
Site internet : www.culture-patrimoine.pf

JPEG - 80.1 ko

Textes fondateurs (téléchargeables) :

- Délibération n° 2000-138 APF du 09 novembre 2000 modifiée relative au service de la culture et du patrimoine

- Arrêté n° 1620 CM du 24 novembre 2000 modifié portant organisation et fonctionnement du service de la culture et du patrimoine

Chef de service Madame Hiriata MILLAUD

- Arrêté n° 178 CM du 22 Février 2017 portant nomination de Mme Hiriata MILLAUD en qualité de chef du service de la culture et du patrimoine par intérim

- Arrêté n° 1303 MCE du 3 mars 2017 portant délégation de signature à Mme Hiriata MILLAUD, chef du Service de la culture et du patrimoine

A- Historique

Créé à l’origine par la délibération n° 85-1131 AT du 29 novembre 1985, le service précédemment dénommé « service de la Culture » a pris le nom de « service de la Culture et du Patrimoine depuis le 1er janvier 2001.

Le S C P est né de la restructuration du « Service de la Culture » qui a permis l’intégration en son sein des missions, des moyens et des effectifs des départements de l’archéologie et des traditions orales du « Centre Polynésien des Sciences Humaines – Te Anavaharau ».

Pour la petite histoire le département Musée des îles du CPSH a pu ainsi acquérir simultanément le statut d’établissement public administratif à part entière consécutivement à cette réorganisation du secteur. Ces deux entités cohabitent à la pointe des pêcheurs au lieu dit NUUROA.

Historique du CPSH

1) Le Musée de Tahiti et des Iles

L’histoire du musée commence en 1967 par l’achat d’un terrain de 4 hectares par le gouverneur SICURANI.

En 1974, l’Assemblée territoriale décidait de créer un établissement public territorial dénommé « Musée de Tahiti et des îles ».
Il a fonctionné dès 1975 en liaison avec le Musée d’histoire naturelle de Paris, l’ORSTOM et l’association œcuménique « Tenete », pour être finalement inauguré le 30 mai 1977.

Le musée était chargé de l’inventaire, de l’enrichissement, de la conservation et de la mise en valeur du patrimoine naturel et culturel du territoire et de l’étude des éléments qui le constituaient.

Il était associé à de nombreuses activités de recherche en relation avec le Muséum d’histoire naturelle de Paris, le Bishop Muséum de Hawaii ; l’université française du Pacifique, Archéologie International, le GRAN.

Les collections constituées depuis plus de soixante ans au sein de l’ancien musée de Papeete par la Société des Etudes Océaniennes, furent peu à peu enrichies de dons, d’acquisitions et de dépôts importants, tant en objets qu’en livres ou documents anciens.

Quelques collections de peintures du XXè siècle et contemporaines ont été données ou restent en dépôt. Le musée comptait aussi quelques pièces d’art sacré, des œuvres picturales classés historiques datant du XIXè, ainsi qu’une collection d’oiseaux naturalisés, de coraux, de coquillages, et un herbier.

2) Le Département des Traditions orales

Il était chargé du recueil, de la conservation, de l’étude et de la diffusion de tous les documents et textes liés à la tradition orale et à la mémoire - ancienne ou récente- polynésiennes.

Il s’était constitué une banque de données ayant trait aux mythes et légendes, à des éléments de l’histoire, des récits de vie, des toponymes, ou encore au savoir-faire traditionnel, enregistrée sur bandes magnétiques 1.3 cm ( 200 heures) et sur cassettes audio (1500 heures).

Il disposait également de quelques clichés de plantes médicinales, et avait réalisé 3 vidéogrammes de 26 mn chacun sur le thème des jeux de ficelles (fai), des instruments de musiques et sur la cuisson des racines de ti (cordyline).

3) Le Département Archéologie

Le Département Archéologie fut créé au sein du Musée de Tahiti et des îles en juin 1979. En 1981, à la création du CPSH (Centre Polynésien des Sciences Humaines) le Département Archéologie évolua sous la forme d’un Département autonome (par rapport au Musée) au sein de ce nouvel établissement public administratif.

Ses missions étaient très nombreuses pour un vaste Territoire car il était chargé de la réalisation ou le contrôle de (s) :

- l’inventaire des sites archéologiques et la tenue à jour de la carte des gisements ;
- fouilles de sauvetage ou programmées ;
- l’implantation et la gestion des dépôts de fouilles ;
- l’instruction des autorisations de fouilles et des exportations temporaires d’objets ;
- l’instruction des dossiers de classement et d’inscription des sites ;
- la protection, l’entretien et la restauration des monuments et sites classés ou inscrits ;
- l’exploitation scientifique des collections archéologiques ;
- la diffusion et la vulgarisation de l’information.

Entre 1983 et 1995 l’archéologie territoriale a su bénéficier de nombreux moyens financiers autres que les subventions territoriales :

- L’État (DOM-TOM), par le biais de crédits FIDES, FADIP et CORDET
- La Direction des Musées de France, pour la construction du bâtiment Archéologie.
- La Communauté Européenne (FED)
- Les promoteurs des travaux d’aménagement (équipement, hydroélectricité, tourisme...)

Le Territoire, quant à lui, assurait pour l’essentiel le fonctionnement du Département Archéologie du CPSH.

Pendant cette période, les moyens que le Département Archéologie obtenait auprès des bailleurs de fonds lui ont permis d’assurer des travaux conséquents d’inventaire, de sauvetage et de recherche mais aussi de mise en valeur de sites, dans tous les archipels de Polynésie.

De nombreux chercheurs du Pacifique et de France métropolitaine, collaboraient avec le Département Archéologie du CPSH pour la réalisation de ces travaux et, chaque année, plusieurs dizaines de polynésiens, jeunes et adultes sans emploi, étaient recrutés dans les différentes îles du Territoire, assurant une main d’œuvre bien adaptée aux besoins de l’archéologie.

Une formation était donnée à ces personnels non qualifiés et quelques actions novatrices de réinsertion de jeunes en difficulté ont également été réalisées.

Hormis la recherche, les domaines de l’archéologie territoriale qui intéressaient en premier chef la communauté polynésienne étaient :

- l’inventaire,
- la protection,
- la mise en valeur
- et l’entretien des sites.

Historique de la direction du service de la culture devenu SCP

Le service de la culture, devenu plus tard celui de la culture et du patrimoine a été dirigé successivement par Melle Tearaitua VARET de juillet 1986 à octobre 1988, puis par M. Alfred GRAND jusqu’en mai 1991.

De mai 1992 à avril 1996, Melle Marthe LEHARTEL a occupé cette fonction avant d’être remplacée à son tour par M. Heremoana MAAMAATUAIAHUTAPU de mai 1996 à juillet 1996.

En mars 1997, M. Francis STEIN est nommé à ce poste et assurera la transition vers le service de la culture et du patrimoine issu de la fusion avec deux départements de feu le C P S H, dont il assurera simultanément la direction de septembre 1999 à décembre 2000 en vue de leur refonte respective.

Il quittera la direction de ce service en octobre 2002. Remplacé à son tour par Melle Priscille FROGIER, également déléguée à la recherche, celle ci cessera ses fonctions en juillet 2004 pour céder ce poste à Mme Eugénie LEGAYIC qui restera chef du service jusqu’en septembre 2005, date à laquelle M. Teddy TEHEI est nommé pour diriger cette équipe jusqu’en février 2017. Le 22 février 2017, Mme Hiriata MILLAUD est nommée à la direction du service de la culture et du patrimoine.

B- Les missions du service de la culture et du patrimoine

Il est chargé de protéger, conserver, valoriser et diffuser le patrimoine culturel, légendaire, historique et archéologique de la Polynésie Française.

Ses missions sont les suivantes :

1) Au titre du rayonnement des langues polynésiennes, le service est chargé :

-  De l’organisation et la coordination des programmes de préservation et de valorisation des langues polynésiennes ;

2) Au titre de la protection, de la conservation, de la valorisation et de la diffusion du patrimoine archéologique légendaire et historique, le service est chargé :

-  De l’instruction des demandes :

  • d’autorisation de fouilles, prospection et sondages ;
  • d’inscription sur listes, en vue de leur classement, des objets, sites et monuments historiques, archéologiques et légendaires.

  • -  Du suivi des chantiers de fouilles, de prospection et sondages autorisés ou d’urgence ainsi que les travaux de consolidation, de restauration et d’entretien des vestiges mis au jour ;

    -  De l’établissement de l’inventaire des gisements, sites et monuments archéologiques ou ayant un intérêt historique, culturel ou légendaire ;

    -  De la contribution au transfert et au dépôt des objets, spécimens ou des documents ayant un intérêt historique, archéologique ou culturel auprès d’organismes spécialisés ;

    -  De la réalisation des travaux de recherches et de la mise en œuvre des moyens permettant d’assurer la diffusion et l’exploitation des données scientifiques ainsi que leur vulgarisation ;

    -  Du recueil, de la conservation et de l’étude de tous les documents, de toutes les traditions orales, savoir-faire traditionnels, attitudes et gestuelles, ayant trait au patrimoine historique, culturel et légendaire ;

    -  De la contribution ou participation à la valorisation et à la diffusion du patrimoine susmentionné ;

    3) Au titre de la programmation, de la coordination et du suivi des actions concourant au développement culturel et artistique, le service est chargé :

    -  Du conseil et assistance aux établissements publics à vocation culturelle dans la réalisation et la coordination de leurs missions ;

    -  De l’instruction et du suivi des demandes de subventions ;

    -  Du recueil et de la diffusion des informations et des documentations relatives aux domaines culturels et artistiques.

    4) Chargé d’élaborer la réglementation et de veiller à son application :

    -  Elaboration de la réglementation dans tout domaine relevant de sa compétence et suivi de son application.

    A compter du 11 janvier 2006, il se voit confier une nouvelle mission relative à l’entretien et à l’administration de la place To’ata et de la place Vaiete.

    5) Gestion d’espaces culturels :

    -  Entretien et gestion des amodiataires* de la place To’ata et de la place Vaiete (roulottes et restaurants)

    -  Interventions événementielles : gestion des « son et lumière »

    Le SCP dispose par ailleurs d’une documentation spécialisée sur le patrimoine polynésien répartie en plusieurs fonds consultables sur place (sauf documents fragiles ou en cours d’inventaire, de numérisation ou de restauration) :


    • Fonds bibliographique : 8 000 monographies, articles, rapports
    • Fonds cartographique : 650 cartes et plans
    • Fonds photographique : 70 000 photographies, diapositives, négatifs et planches « contact »
    • Fonds sonore : 2 000 cassettes, CD-R
    • Fonds audiovisuel : 200 documents
    • Fonds d’archives : 200 boîtes d’archives.

    Heures d’ouverture au public (hors Centre de documentation) :

    -  Du lundi au jeudi : 7h30 - 15h30

    -  Vendredi : 7h30 - 14h30