Accueil > Français > Patrimoine Archéologique > Les campagnes de prospections et de fouilles archéologiques autorisées en Polynésie française > Les campagnes de prospections et de fouilles archéologiques autorisées en Polynésie française en 2018

Les campagnes de prospections et de fouilles archéologiques autorisées en Polynésie française en 2018

1.Campagne de prospections-inventaire et de sondages archéologiques sur la terre Paevai, cadastrée EC 57 et EC 112, sise dans la commune associée de Paopao, île de Moorea, effectuée par Mme Paul Niva.(Arrêté n° 383 MCE du 10 janvier 2018).

Dans le cadre d’un projet de construction d’un parking sur la terre PAEVAI, cadastrée EC 57 et EC 113, la société « Jus de fruits de Moorea » a fait une demande d’abattage d’arbres auprès de la commune de Mo’orea. Cette dernière a sollicité l’avis du Service de la Culture et du Patrimoine car les parcelles concernées sont signalées en zone archéologique « NDa » dans le PGA de Mo’orea.
Le Service de la Culture et du Patrimoine a alors prescrit une opération de prospection et d’inventaire de la zone. En effet, suite à une première vérification de terrain, les vestiges d’une terrasse ont été repérés. Selon les traditions orales de la localité, le paepae du chef Piopio y était édifié. Par ailleurs, ces 2 parcelles se trouvent à proximité du grand marae Pererau et ses structures annexes.
L’archéologue Paul NIVA a donc été missionné afin de réaliser une campagne de prospection-inventaire et de fouilles archéologiques des parcelles concernées par les travaux du parking de l’usine de jus de fruits. Le financement de cette opération est assuré par l’aménageur.
M. NIVA interviendra sur une période s’étalant sur deux mois (08 janvier au 28 février 2018) afin de prévoir les mauvaises conditions météorologiques habituelles en cette saison et dans le cas où des vestiges seraient mis au jour. Il vérifiera la présence de structures archéologiques en surface et identifiera leur nature. Il effectuera également des sondages préventifs afin de vérifier le potentiel archéologique du sous-sol. Enfin, il fera des recommandations quant à la conservation/intégration de possibles vestiges dans le projet immobilier.

- Téléchargez l’arrêté n° 383 MCE du 10 janvier 2018 autorisant M. Paul Niva à effectuer une campagne de prospections-inventaire et de sondages archéologiques sur la terre Paevai, cadastrée EC 57 et EC 112, sise dans la commune associée de Paopao, île de Moorea

2. Campagne de prospections-inventaire et de fouilles archéologiques sur la terre "Mohio 1", cadastrée ND 2, sise dans la commune associée de Nunue, île de Bora Bora (Arrêté n° 1571 MCE du 19 février 2018).

Localisée sur le motu To’opua, la parcelle ND 2 de la terre « MŌHIO 1 » s’étale sur une superficie de presque 4 hectares. Cette terre appartient à la société « SA BORA BORA NUI ». En vue de la construction d’un bâtiment de logements pour le personnel de l’hôtel CONRAD BORA BORA comprenant 32 unités, le Service de la Culture et du Patrimoine a préconisé un diagnostic archéologique car les traditions orales de Bora Bora mentionnent la présence d’un marae sur la terre « MŌHIO » du motu To’opua.
Aucune donnée relative à ce marae n’est disponible à ce jour. Le nom, la localisation exacte, l’aspect et l’état de conservation de ce vestige ancien nous sont présentement inconnus.
M. NIVA prospectera la parcelle ND 2 pour en réaliser l’inventaire archéologique et vérifiera la présence de ce marae et d’autres structures archéologiques en surface. Il effectuera également des sondages préventifs afin d’examiner le potentiel archéologique du sous-sol. Enfin, il fera des recommandations quant à la conservation/intégration de possibles vestiges dans le projet immobilier. Le financement de cette opération est en totalité assuré par l’aménageur.
M. NIVA interviendra sur une période courant du 19 février au 06 avril 2018.

- Téléchargez l’arrêté n° 1571 MCE du 19 février 2018 autorisant M. Paul Niva à effectuer une campagne de prospections-inventaire et de fouilles archéologiques sur la terre "Mohio 1", cadastrée ND 2, sise dans la commune associée de Nunue, île de Bora Bora

3. Campagne de fouilles archéologiques sur les terres Katipa, Ariahaiko, Gigiti et Ahutu sises dans la commune associée de Fakahina, atoll de Fakahina, archipel des Tuamotu (Arrêté n° 2049 MCE du 7 mars 2018).

Dans le cadre du contrat de projets État-Pays, le professeur Éric CONTE a proposé un programme pluridisciplinaire sur trois atolls des Tuamotu (Fakahina, Reao et Marokau) afin de mieux connaître le passé pré-européen de cet archipel. En effet, leur relatif isolement a permis aux communautés pa’umotu de préserver leurs coutumes ancestrales et leurs savoirs traditionnels, offrant aux chercheurs un riche corpus d’informations à étudier.
Les objectifs de cette recherche archéologique sont multiples : documenter le peuplement de l’archipel des Tuamotu, renseigner les intéractions des sociétés pa’umotu et le milieu écologique des îles basses et reconstituer les trajectoires historiques de ces îliens depuis le peuplement initial jusqu’au moment du contact.
Les premiers sites archéologiques de Fakahina avaient été répertoriés par l’archéologue K.P. EMORY du Bishop Museum dans les années 1930. M. CONTE avait par la suite poursuivi l’inventaire des sites en 1986. Vingt cinq ans plus tard, M. MOLLE a complété le recensement des vestiges archéologiques de l’atoll.
Un ensemble de quatre marae à Fakahina fera l’objet de fouilles archéologiques afin de mieux identifier les structures et préciser leurs fonctionalités. M. MOLLE souhaite tout particulièrement fouiller dans les ahu, les cours et les cistes des enceintes sacrées. Les vestiges de faune seront analysés afin de mieux définir les pratiques rituelles conduites sur les marae et comparer ces résultats aux données ethnohistoriques. Des échantillons seront datés au carbone 14 et à l’uranium/thorium pour ancrer dans le temps la construction et les aménagements ultérieurs des monuments cérémoniaux de l’atoll.
La mission de terrain sera dirigée par M. MOLLE et réalisée en quatre semaines sur une période comprise entre le 15 mars et le 31 juillet 2018.

- Téléchargez l’arrêté n° 2049 MCE du 7 mars 2018 autorisant M. Guillaume Molle à effectuer une campagne de fouilles archéologiques sur les terres Katipa, Ariahaiko, Gigiti et Ahutu sises dans la commune associée de Fakahina, atoll de Fakahina, archipel des Tuamotu


4. Campagne de prospections et de sondages archéologiques préventifs sur le motu Onetahi, atoll de Tetiaroa, îles du vent (Arrêté n° 2010 MCE du 6 mars 2018).

Pour faire écho à la demande de permis de lotir de 17 parcelles sur l’atoll de Teti’aroa, motu Onetahi, partie Est présentée par M. Richard Bailey pour le compte de Tahiti Beachcomber S.A., la Direction de la culture et du patrimoine a souhaité que des opérations de fouilles préventives soient réalisées. L’archéologue Mark Eddowes a ainsi été mandaté au mois d’avril.
A ce titre, l’archéologue a procédé a 22 sondages, tant sur la partie extérieure (bordure de rivage) que sur la partie intérieure des parcelles dont la superficie totale avoisine les 5000 m² et ce, sur une durée de quatre semaines.
Une attention particulière a été portée sur deux zones archéologiques dites sensibles, une aire d’habitation pré-historique et une aire de sépulture pouvant encore être conservées en sous-sol. Les sondages réalisés dans la partie nord-est de l’île, sur les lots numérotés 1 à 9 se sont révélés stériles, aucune activité humaine ancienne notoire n’y a été décelée par l’archéologue. En outre, il est à souligner que le professeur Sinoto, lors d’une mission archéologique dans les années 1970 sur site, mentionnait « une » et non plusieurs sépultures, cette dernière présentant par ailleurs le défunt en position fœtale et non en position anatomique, ce qui laisserait penser à une sépulture volontaire.
Sur la parcelle 12 sur laquelle a été localisée un marae, l’archéologue a procédé à 5 sondages qui ont mis au jour des traces d’activité tournées vers la cuisson des aliments (os de cochons, charbons, etc.). D’après les études du professeur Sinoto, ce site daterait du XVIᵉ ou XVIIᵉ siècle. Ainsi, et afin de préserver au mieux le marae et les vestiges en sous –sol entourant celui-ci, la Direction de la culture et du patrimoine a préconisé la mise en place d’un périmètre de protection de 15 m de part et d’autre de la structure, empiétant partiellement le lot 13.
S’agissant des parcelles du sud-est de l’île sur les lots 14 à 17 elles se sont révélées stériles, en terme de vestiges.
Au final, les fouilles de l’archéologue Mark Eddowes ont démontré que la partie Est du motu Onetahi était habitée de façon ponctuelle, sans doute à l’occasion de rites sur le parae, d’où le peu de traces d’activités humaines détectées. Pour rappel, Teti’aroa était réservé à l’élite, aux personnes de haut rang.
Si la découverte de dépôts archéologiques importants peut freiner un projet de construction, la demande de lotir émise par la société TBSA a bien été accordée étant donné la pauvreté des résultats obtenus sur site. Néanmoins et malgré les résultats obtenus, la direction de la culture et du patrimoine préconise que dans la perspective éventuelle de demandes de permis de construire futures pouvant affecter les lots concernés, un contrôle au préalable des travaux soit effectué et des conseils et orientations soient apportés au promoteur pour l’assister dans son ouvrage.
La mission de terrain a été dirigée par M. EDDOWES du 12 mars au 13 avril 2018.

- Téléchargez l’arrêté n° 2010 MCE du 6 mars 2018 autorisant M. Mark Eddowes à effectuer une campagne de prospections et de sondages archéologiques préventifs sur le motu Onetahi, atoll de Tetiaroa, îles du Vent

5. Campagne de prospections-inventaire et de fouilles archéologiques préventives sur la parcelle AL 44 de la terre « Reua partie », la parcelle AL 35 de la terre « Vaipahu partie » et la parcelle AP 34 « Puatiriouraivaiahu et Raipuaea partie », sises sur l’île de Maupiti (Arrêté n° 3071 MCE du 26 mars 2018).

Dans le cadre d’une demande de travaux immobiliers sur l’île de Maupiti en vue de la construction de fare d’habitation, des vestiges archéologiques (marae) ont été répertoriés sur les parcelles concernées par le projet. Ces marae avaient fait l’objet d’un inventaire en 1980. Par ailleurs, le PGA de Maupiti approuvé en 2006, avait classé certaines de ces parcelles en zone NDa, équivalent à une zone archéologique à protéger.
Ces vestiges sont encore présents en surface. Or, la viabilisation des terrains (parking, système de drainage, puits perdus, fosse septique, etc.) et la construction de maisons d’habitation, sans étude préalable, entraineraient irrémédiablement la destruction de ces marae et de leurs structures associées.
Aussi, avant une éventuelle délivrance de permis de construire, la Direction de la culture et du patrimoine a recommandé la réalisation d’une opération d’archéologie préventive sur les trois parcelles concernées et l’archéologue Paul NIVA a été chargé de mener à bien cette mission.
Cette mission s’est déroulée du 16 avril au 8 juin 2018.

- Téléchargez l’arrêté n° 3071 MCE du 26 mars 2018 autorisant M. Paul Niva à effectuer une campagne de prospections-inventaire et de fouilles archéologiques préventives sur la parcelle AL 44 de la terre "Reua partie", la parcelle AL 35 de la terre "Vaipahu partie" et la parcelle AP 34 "Puatiriouraivaiahu et Raipuaea partie", sises sur l’île de Maupiti

6. Campagne de fouilles archéologiques sur le site de Hanimiai, sis sur l’île de Tahuata, archipel des Marquises (Arrêté n° 5659 MCE du 20 juin 2018).
Depuis 1984, M. Rolett fouille régulièrement le site de Hanimiai sur l’île de Tahuata. Ce site est intéressant car il se trouve au bord de la baie de Vaitahu, en face du mouillage du Capitaione Cook lorsqu’il séjourné à Tahuata en 1774. Vaitahu est devenu alors un lieu de ravitaillement des baleiniers et des bateaux de commerce dans le Pacifique.
M. Rolett a commencé son étude par la partie Nord de la dune dans les années 1980. Il y a notamment retrouvé un niveau correspondant à ce que l’on nomme la « période archaïque » suivant l’installation des premiers Polynésiens dans l’île, reconnaissable à son mobilier archéologique, et daté des XIIIᵉ-XIVᵉ siècles après J.-C.
Dans la partie Sud de Hanimiai, il a mis au jour des couches archéologiques datant de AD 1700-1800. Poursuivant ses recherches dans la zone, M. Rolett a retrouvé, enfouie à 3 m de profondeur, la même couche archaïque.
Parallèlement, M. Rolett est particulièrement impliqué dans le renouvellement du petit musée communal de Tahuata « Te Ana Peua », sis à Vaitahu, en étroite relation avec le maire de Tahuata, M. Félix Barsinas. Ainsi il assure la diffusion de ses recherches localement, et la bonne conservation des collections archéologiques dans l’île même, ce que les habitants et les élus souhaitent de façon générale.
Financé par la Fondation ANDOVER pour la recherche archéologique, M. Rolett accompagné de trois étudiants américains, a mené sa mission sur une période de six semaines, du 23 juin au 3 août 2018.

- Téléchargez l’arrêté n° 5659 MCE du 20 juin 2018 autorisant M. Barry Rolett à effectuer une campagne de fouilles archéologiques sur le site de Hanamiai, sis sur l’île de Tahuata, archipel des Marquises

7. Campagne de prospections, d’inventaire et de récolement archéologiques sur les parcelles cadastrées EE 2, ED 1 et EC 6 de la terre « Vaima’i », sise dans la commune de Hipu, île de Tahaa, Iles Sous-le-Vent (Arrêté n° 7336 MCE du 14 août 2018).
Situé sur la plaine côtière, le marae de Vaima’i, répertorié la première fois par K. Emory en 1925, a été restauré en 1991 par le Département Archéologie. Durant cette campagne, des structures archéologiques ont été brièvement répertoriées depuis le rivage jusqu’au fond de la vallée.

JPEG - 515.5 ko
Marae principal du site de Vaima’i, Hipu, Taha’a (crédit photo DCP 2018)


La terre « Vaima’i » occupe présentement huit parcelles sur un vaste territoire de plus de 73 ha, du bord de mer jusqu’à la montagne Mou’a-roa. Dans le cadre du prochain classement de cet ensemble archéologique exceptionnel, il est indispensable de disposer d’un état des lieux général, notamment en nombre de monuments présents, de leur type, de leur description et de leur état de conservation.
Pour cela une première campagne de récolement des vestiges anciens sur la terre « Vaima’i » a été entreprise pour dresser un état actualisé et récolé des structures déjà répertoriées et identifiées, faisant état de leur conservation ou de leur destruction. Ce premier travail a permis de mettre à jour l’inventaire actuel récolé sur les parcelles côtières.
Cette année, la campagne de récolement des données et de prospection-inventaire concernera les trois parcelles cadastrées EE 2, ED 1 et EC 6, couvrant 56 ha 28 a 96 ca côté montagne, et gérées par la Direction de l’agriculture.
Toutes les données récoltées après ces deux campagnes de prospection-inventaire et de récolement permettront de réaliser la carte archéologique détaillée et actualisée de la totalité de la terre « Vaima’i ».

JPEG - 958.6 ko
Ti’i (site de Vaima’i), Hipu, Taha’a (crédit photo DCP 2018)


Une cartographie archéologique précise des huit parcelles composant la terre « Vaima’i » sera établie et mettra en lumière la répartition des vestiges archéologiques et l’occupation de l’espace par la communauté qui y résidait aux temps anciens.
La mission de terrain a été dirigée par M. NIVA et réalisée du 3 septembre au 30 novembre 2018.

- Téléchargez l’arrêté n° 7336 MCE du 14 août 2018 autorisant M. Paul Niva à effectuer une campagne de prospections, d’inventaire et de récolement archéologiques sur les parcelles cadastrées EE 2, ED 1 et EC 6 de la terre "Vaima’i", sise dans la commune associée de Hipu, île de Tahaa, îles Sous-le-Vent