Accueil > Français > Articles parus dans le magazine culturel Hiro’a > Articles parus dans le Hiro’a > La légende des baleinaux de puunui d’après Te Arapo (Hiro’a n° 110 - Novembre 2016)

La légende des baleinaux de puunui d’après Te Arapo (Hiro’a n° 110 - Novembre 2016)


La saison des baleines bat son plein dans nos îles. D’hier à aujourd’hui, ces géants
des mers forcent le respect. Mais saviez-vous qu’à Toahotu, deux baleineaux,
Tuituiini’a et Toamutumutu, sont restés figés dans la pierre ? Ils étaient les ari’i de
Toahotu mais, alors qu’ils se rendaient à Taputapuātea, ils entendirent parler d’un
guerrier tout puissant sur la presqu’île. Ils revinrent sur Taiarapu pour le combattre, et alors qu’ils essayaient d’atteindre le sommet de Vaiarava, le chant du coq les figea. En témoignent les deux pierres toujours visibles à Teahupoo, appelées « Te ure a Vaiarava », ainsi que la pierre en forme de baleine située à Opoa (Raiatea). Voici leur légende, rapportée par le célèbre conteur Te Arapo dans ses mémoires*.

Toahotu et les baleineaux Tuituiini’a et Toamutumutu

« Tanehuifenua de Vairao prit pour épouse Tinirauarii de Toahotu où ils vécurent quelques temps. Ils se rendirent ensuite à Hi’upe, sur Taravao.

Tinirauarii donna naissance à Tuituiini’a, un baleineau. Le couple se rendit en dessus de Vai’ufa’ufa où ils laissèrent le baleineau. Puturua et sa femme Piitorea prirent l’enfant et l’emmenèrent dans un piha ou source en bordure de mer à Vai’ufa’ifa et l’élevèrent.

JPEG - 874.7 ko
© SCP

Quelques années plus tard, Tinirauarii accoucha à nouveau d’une baleine femelle Toamutumutu qu’ils confièrent à Puturua et Piitorea.
Tinirauarii tomba de nouveau enceinte et accoucha cette fois-ci d’une chenille qu’elle nomma Tehematavaa.

Elle donna une fois encore naissance mais à une enfant oiseau Pereamanu.
Lorsque les enfants grandirent, ils entendirent une conversation émanant de leur parents notamment leur père :

« Je me fatigue inutilement à nourrir des imbéciles, je ne suis pas du tout content, j’aurais préféré de loin élevé des cochons ils auraient au moins pu labourer la terre ».
En entendant cela les baleineaux furent profondément peinés et refusèrent de se nourrir. Ils voulaient partir. Ils firent appel aux éléments que sont le vent et la pluie.

Un cyclone s’abbattit dès lors sur la commune. La source de Vai’ufa’ufa se remplit et déborda pour aller vers la mer. Les baleineaux glissèrent jusqu’au lieu dit Tepapa ou Toamutumutu voulut se reposer mais son frère lui demanda de poursuivre leur route. Ils firent une halte à Vaiaparaoa. Le frère s’arrêta à Tetavaitai ou Mitirapa et la sœur Tetavaiuta, où ils se reposèrent en soufflant fort.

En entendant ces souffles les parents se rendirent compte de leur fuite. Au petit matin, les baleineaux partirent pour Taipa’aeinataihoro et Taipoararua, leurs parents et d’autres personnes les poursuivirent. Toamutumutu voulait rebrousser son chemin alors que son frère lui voulait poursuivre d’où l’appellation Taiuruti’a (ils réfléchirent longtemps avant de se décider à faire le bon choix). Au petit matin, ils atteignirent enfin la mer, les parents chantèrent alors :

Tuituiinia e Toamutumutu e,
E ore ta’u vaa e tere i nia i Haapana (ma pirogue ne vogue plus jusqu’à Haapana)
E fenua hupehupe (c’est une terre paresseuse)
E fenua ta’ata ino (c’est une terre où les gens sont mauvais)
Tohora e rere I Teuruhi (baleines qui vont vers Teuruhi)
E arii no Tarahu’arau (Rois de Tarahu’arau)
A rere, a rere I Teuruhi (allez, allez vers Teuruhi)

Les baleineaux partirent pour Opoa à Raiatea. Quand ils eurent finit leurs offrandes sur Taputapuātea, ils se rendirent à Uporu ensuite sur l’île de Tahaa.

Les baleineaux étaient les ari’i de Toahotu mais à cause des propos tenus par leurs
parents, ils préfèrent quitter celle-ci. Ils furent remplacés par le ari’i Autaia, le nouveau roi de Toahotu, ce qui provoqua la colère du père qui détruisit le marae Tuputupu.

- La légende des baleinaux de puunui d’après Te Arapo (Hiro’a n° 110 - Novembre 2016) (à télécharger)

LES LIVRETS DE TE ARAPO : PRATIQUE
• Les livrets de Te Arapo* peuvent être consultés par le public à la documentation du Service de la Culture et du Patrimoine, ouverte du lundi au jeudi de 7h30 à 12h00 et de 12h30 à 15h30, et le vendredi de 7h30 à 12h00 et de 12h30 à 14h30.
+ d’infos : 40 50 71 77 – www.culture-patrimoine.pf

* Pouira a Teanua (1902-1969), dit Te Arapo, était enseignant. Il a recueilli auprès des anciens de nombreuses communes de Tahiti des histoires et des légendes. Ses enregistrements ont été retranscrits par le SC P puis édités sous forme de livrets, au nombre de 6 : le premier relate la toponymie des districts de Arue, Mahina et ‘Orohena. Le second aborde Teaharoa, ancienne subdivision politique de la côte Est de Tahiti qui allait de Papeno’o à Taravao. Le troisième concerne Tahiti Iti, et plus particulièrement la partie Est de la presqu’île. Le quatrième est consacré à Tafa’i, personnage héroïque qui traversa le chemin des âmes pour récupérer celle de sa bien-aimée. Le cinquième livret est un voyage aux îles de la Société et aux Tuamotu et le dernier parle de la navigation dans d’autres archipels de Polynésie française et du Triangle polynésien.