Accueil > Français > TE ARAPO - En souvenir d’un homme de recueils > La reconnaissance du travail de TE ARAPO > Les discours prononcés en hommage à Te Arapo par les membres du Fare Väna’a (John Martin, Maco Tevane, Antonina Peni)

Les discours prononcés en hommage à Te Arapo par les membres du Fare Väna’a (John Martin, Maco Tevane, Antonina Peni)


JPEG - 311.5 ko


A l’occasion de l’hommage rendu à Te Arapo le 08 octobre 1997 à Arue et de l’inauguration de la stèle commémorative, des membres du Fare Väna’a se sont exprimées sur le conteur.

M. John MARTIN, premier animateur radio en langue tahitienne a rappelé les émissions Te-ara-po et les méthodes de recueils existantes à l’époque.

M. Maco TEVANE a parlé de Pouira, l’homme.

Ces discours ont été transcrits par Mme Doris MARUOI du Département des Traditions Orales du CPSH et peuvent être consultés à la documentation du SCP, dans le rapport intitulé "En souvenir d’un homme de recueils".

JPEG - 51 ko
En souvenir d’un homme de receuils - D.Maruoi (© DTO- CPSH 1997 / SCP 2013)

- I.Discours de M. John MARTIN

"A l’époque de Radio-Tahiti, il m’a été demandé de m’occuper de la programmation en langue tahitienne et, automatiquement, on a pensé qu’il y a avait un vide de folcklore à combler. La culture locale était au creux de la vague à cette époque là. Et, avec le Tavana Teriieroo a TERIIEROOITERAI de Papenoo, nous avons mis en place une émission qu’il avait commencé à assumer et c’est Teriieroo qui avait trouvé le nom de TEARAPO.Il y avait le choix entre Te haere po et Te ara po et on avait retenu Te ara po.
Il commença les émissions jusqu’au moment où la renommée de Pouira arriva à nos oreilles. On lui demanda alors d’assurer les émissions, chose qu’il fit pendant sept années consécutives, un quart d’heure toutes les semaines ...
Un petit mot sur Te ara po ! Te ara po veut dire qui veille la nuit ou qui fait veiller la nuit. C’était des personnes sur le marae qui, au moment des grandes cérémonies religieuses venaient entretenir l’intérêt des gens et les empêchaient de s’endormir entre les manifestations de la cérémonie, en leur racontant des histoires, en récitant des noms de dieux, en donnant des explications ... C’est pourquoi on les appelait Te ara po ou Te Haere po, parce qu’ils marchaient de long en large, de groupe en groupe ...
C’est pour cette raison que le nom de Te ara po fût donné à celui qui devait assumer ces émissions.
Le ara po n’était pas n’importe qui. Il était un élève assidu du marae, il faisait partie du clergé polynésien à qui on enseignant à apprendre par coeur, sans oublier une syllabe ni un mot, sur tout ce qui avait trait à l’histoire du pays. Il n’y avait pas d’écrit. Et tout enfant, on le faisait réciter.
On raconte même que, si pendant les cérémonies, un ara po se trompait, ne serait-ce que d’une syllabe, il finissait sur le marae en sacrifice aux dieux. C’était donc dangereux, mais c’était compréhensible parce que ce n’était pas une tradition écrite mais orale.Et de génération en génération, les légendes n’ont jamais changé d’un iota, jusqu’à l’arrivée des européens, parce que les personnes étaient formées pour cette tradition orale, d’où le nom de Te arapo.
A propos de Tearapo, nous savons tous qu’il était instituteur, et je dirai qu’il était instituteur le jour et chasseur de folklore la nuit. Il n’y avait pas d’école (du folklore), il n’y avait pas l’OTAC, il n’y avait pas le Conservatoire, et donc, il fallait être solide et suer vraiment, il fallait se débrouiller.
Alors, que faisait-il le soir lorsqu’il avait terminé sa classe, il prenant sa bicyclette et il partait autour de l’île, à des endroits bien précis car, il avait repéré ses "vieux", des anciens qui connaissaient des histoires. Il allait leur rendre visite. Quelque fois, il racontait que ça durait plusieurs nuits où il les rencontrait et rentrait à deux heures (2h00) du matin sans rien rapporter. Et puis un jour, ou une nuit alors qu’il désespérait, tout d’un coup, vers minuit ou une heure (1h00) l’ancien divulguait tout ce qu’il savait.
Il n’y avait pas de magnétophone à l’époque ! Il ne pouvait pass apporter, ni un cahier, ni un crayon, parce que l’orateur se taisait aussitôt, il n’aimait pas.
Alors TEARAPO rentrait chez lui à bicyclette, ici à Arue et, qu’il soit 2h00 ou 3h00 du matin, il allumait sa lampe à pétrole et il essayait de reconstituer tout ce qu’il avait entendu dans la soirée. Et c’est donc ainsi qu’il avait accumulé des tas et des tas de cahiers et documents dont il avait fait profiter les auditeurs de Radio-Tahiti pendant sept années ...
Alors c’est cet homme qu’aujourd’hui nous célébrons , dont aucun écrit n’a encore été publié, aucune pierre ne portait son nom, on le connaissait simplement sous le nom de TEARAPO parce qu’il fût le te ara po qui a tenu le plus longtemps. Nous pouvons citer les autres te ara po qu’il y avait eu : Teriierooitera’i le premier, Teihotua le tavana de Punaauia, Tänetua RICHMOND, mais aucun n’a eu l’auréole de mon ami Pouira a TEAUNA dit TEARAPO !
Et c’est lui que nous saluons aujourd’hui."

- Téléchargez le discours de M. John MARTIN prononcé en français

JPEG - 147.6 ko

TE ARA PÖ

...’Ua ’ite te feiä pa’ari e aha te ara pö ? ’O taua ïa mau tauturu tahu’a marae ra ’o të hähaere i te mau pö ’öro’a e parauparau ’e e fa’ati’ati’a i te mau parau ’e te mau paripari, ’eiaha te ta’ata ’ia vare’a i te ta’oto i roto i te mau ’öro’a ë, e tätaiao roa atu ho’i e hope ai taua mau ’öro’a ra...

E ’ere te ara pö i te ta’ata noa. E ta’ata rä ’oia ’o tei ’ite päpü i te tumu nö te mau marae ’e te mau ’öro’a ato’a e fa’atupuhia na i reira. ’Oia te tahi nö te mau ta’ata i roa’a te ’ite nö te tämau-’a’au-ra’a i te mau parau ö te fenua, mä te ha’amo’e ’ore i te hö’ë no’a a’e hu’ahu’a. ’Aita ä te räve’a päpa’ira’a i taua mau parau ra i ’itea atu ra ! Ë, i töna ä vai tamari’ira’a ra, e fa’ahepohia te ara pö ’ia tämau ’a’au i taua mau parau ra.
’Ua parauhia ë, i roto i te mau ’öro’a i ni’a i te marae, ’ia hape ri’i noa a’e ’oia i te paraura’a, e riro te reira ’ei tumu e püpühia ai te ara pö ’ei tütia i te mau atua. E töro’a ataata roa te ara pö, ’e mea ta’a maita’i rä, inaha, e mau parau, e mau ’a’ai, e mau paripari fenua të tämau-’a’au-hia, mai te tahi u’i i te tahi atu ’e tei ’ore i taui noa a’e te hö’ë reta ’e tae noa mai te mau päpa’a...

I te tau ö Rätio Tahiti, ’ua anihia mai iä’u ’ia ha’apa’o i te mau fa’anahora’a nä roto i te reo tahiti ’e ’ua mana’o-’öhie-noa-hia ë, ’oia mau, të vai ra iho ä te ’erera’a i taua fa’anahora’a ra i Rätio Tahiti. ’E, mä te tauturu ä Teri’iero’o ä Teri’iero’oitera’i tävana nö Papeno’o, ’ua ha’amau mäua i taua fa’anahora’a ra ’e nä na i topa i te i’oa : Tearapö. Të vai ato’a ra ho’i te i’oa Te haere pö, ’ua täpe’ahia mai rä te i’oa Tearapö.
’O Teri’iero’o ä Teriierooitera’i te ara pö mätämua, ’o Teihotua, tävana nö Punaauia tö muri iho, ’o Tanetua Richmond, ’o Pouira ä Te’auna te höpe’a...

’Ua fa’ati’a mai ’o Teauna iä’u ë, e ’orometua ’öna i te ao, ’ia pö rä, e nä ni’a ’öna i töna pereo’o ta’ata’ahi e haere ai e fa’a’ati iä Tahiti, noa atu e aha te äte’ara’a, nö te haere e ’imi i te fëiä pa’ari ’o täna i fa’aro’o ë të vai ra tä rätou, te mau ’a’ai nö te tau tahito ö te fenua nei... ’Aita täna e haruharura’a re’o i ni’a i te rïpene, ’aita tö te reira tau ! ’Aita ho’i ’öna e hina’aro e ’äfa’i ato’a i täna parau päpa’i ’e täna peni tara nö te mea, e mämü teie ta’ata ’ia täpa’opa’ohia täna parau. Tämau noa atu ra ia ’öna ë, ’ia ho’i mai i töna fare... i reira ’öna e täpa’o ai i tei mau mai iäna. ’E, mai te peu ë, të vai ra te mau vähi i mo’emo’e-ri’i-hia iäna, e täpapa ä ’öna i te rü’au ra nö te tämau mai ä i te mau vähi ri’i toe... Nö reira, e rave rahi täna mau puta ri’i ’e te mau ’api parau i täpa’opa’o-haere-hia ’e ana i taua mau parau tä’äto’a ra ’o täna iho i fa’afäna’o i te fëiä fa’aro’o rätio e hitu matahiti te mäoro... ’Ua haruharuhia i ni’a i te rïpene täna mau fa’ati’ati’ara’a i te reira tau ’e, ’ua fa’aru’ehia ’e te tahi mau ta’ata, ’aita i täu’a i te höhonura’a mau nö taua ’öhipa ra.

’Aua’e rä ë, tei reira tö tätou hoa ’o Maco TEVANE, nä na i ’ohi, ë nä na i fa’aara’a fa’ahou mai i teie mahana ’e te Fa’aterehau nö te tä’ere ö te fenua tei ha’apa’o ’ia piahia taua mau parau ra ’e ’ia ’ite mai ä te u’i e haere mai nei ë, ’o vai rä te fëiä mai iä Pouira ä Teauna tei ha’a na nö tö tätou tä’ere...

(’Ïrithia teie parau, mai roto mai i te ’örera’a ä John MARTIN täne, i te ’öro’a ha’amana’ora’a iä Pouira ä Te’auna - ’atopa 1997 i ’Ärue)

JPEG - 129.7 ko
Tearapō sur son vélo (dessin de Dubois)

- II. Discours de M. Maco TEVANE
Pour que le vent du temps qui passe
Ne les disperse pas dans la nuit de l’oubli.


Eiaha te mata’i ö te tau e puhi ra
’Ia ha’apürara ’ë atu i te reira i roto i te pouri ö te ’aramoina.

Hélas ses paroles dorment à jamais en sa compagnie dans les profondeurs de cette terre qu’il chérissait tant. Mais c’était sa volonté ! Respectons la !
Défiant les manques et les vices de l’époque, il a donné à la mémoire de nos anciens, de nos tupuna, la grandeur de l’immortalité.
Pour ne pas oublier ce que nous fûmes, il nous as aidé à comprendre ce que nous devions être. Le passé pour lui était la source à laquelle nous devions, ensemble, nous abreuver pour que lui aussi puisse étancher sa propre soif d’identité et d’honneur, en même temps que la nôtre. Hélas ! il ne fût pas compris.
Alors ses trésors patiemment recueillis auprès de ces anciens ont disparu avec lui. Telle était sa volonté, il nous fait la respecter. Elle fût respectée ! Et depuis, ses trésors enveloppent, dans la profondeur de la terre, ses restes mortels.
Certains, cependant, ont pu être sauvés de l’oubli et peuvent attester de la qualité et de la profondeur de son travail.
Je me souviens, pour l’avoir côtoyé de longues années, dès les années 60, de sa chaude présence, des riches vibrations de sa voix lorsqu’enporté par sa verve, il faisait ressurgir du passé la richesse de la vie de nos anciens, que ce soit dans les manifestations de notre Association, où nous organisions, en d’autres occasions, des rencontres dont vient de parler Antonina.
Aah ! Quel plaisir alors, pour nos jeunes oreilles de découviri sa science naturelle du beau parler, où il rivalisait d’éloquence avec ses pairs : Tanetua RICHMOND, Tutu TAIMAI, Marthial IORSS, Hitore PIFAO et bien d’autres qu’ Antonina vient de citer ... Tous des maîtres en réthorique.
Nous venons d’apprécier par la voix de Noéline, de Soreya et de Tevahine, un passage de TEARAPO sur cette terre ancestrale d’Ahutoru où sa mémoire nous réunit ce matin et où leurs jeunes voix se sont mêlées à celle du Maître avec comme témoin, couchés dans cette même terre, notre roi Pomare II et Henry NOTT par qui notre verve devient écriture.
Trois témoignages puissants en un seul et même lieu, tout un symbole, n’est ce pas, Monsieur le Maire, et celui-ci présent devant nous, m’amène à vous proposer, tout simplement : que cette école au lieu de ARUE porte le nom de TEARAPO, la moitié du travail sinon la totalité étant déjà faite.
Bénit soit le jour où la main du destin, en 1979, guidant la mienne peut-être et celle de Francis SANDFORD, a arrêté la sombre décision de la direction de l’ORTF de jetter au feu le trésor de TEARAPO, précieusement recueilli sur des bandes magnétiques, semaine après semaine ... Travail commencé par mes prédécesseurs : John MARTIN et John DOOM, conscients que la richesse et la valeur de ses émissions d’où sont extraits les textes que nous pouvons apprécier aujourd’hui, grâce au minutieux travail réalisé par le Département des Traditions Orales du Centre TE ANAVAHARAU, en collaboration avec le Fare Väna’a. Ils méritent nos félicitations et notre gratitude.
La main des anciens a ici empêché que l’oeuvre de TEARAPO ne disparaissent à tout jamais. Que son exemple inspire nos générations, pour que notre passé ne soit plus jamais enseveli par ignorance ou par inconscience ! Cette stèle nous aidera, j’en suis persuadé, à retrouver la mémoire avant que d’autres nous la fasse perdre.
Merci TEARAPO de nous avoir montré la voie et quelle belle voie !
IA ORA NA E MAURUURU.

- Téléchargez le discours de M. Maco TEVANE prononcé en français

JPEG - 848.5 ko


TE FAUFA’A MO’E

"... ’Ia mämü ta’u reo, ’ia riro rä ’ei faufa’a nö te nuna’a..."
Te tahi teie poro’i nä Pouira ä Te’auna i töna hoa ’o Francis Sandford, tö tätou ato’a ho’i metua tei fa’aru’e ato’a a’e nei. ’Ia tae rä i töna mau taime höpe’a, ’ua taui töna mana’o ’e ’ua hunahia taua faufa’a ra i raro i te repo, nä raro a’e mai i töna piha... Näna iho i fa’aue ’ia ravehia mai tërä te huru nö te fa’ati’amära’a iäna...

’Aua’e maoti ra ë, ’ua pu’e ato’a teie parau i te ha’apu’ehia, ’erä e vai maira i Te Anavaharau... I te matahiti tauatini iva hänere hitu ’ahuru mä iva (1979)... e Fa’atere hau vau i pïha’i iho i tö tätou metua ’o Francis Sandford, të patë mai nei te niuniu ’e të nä ’ö maira töna reo ë :

"E Maco ’a haere atu na ’oe ’a hi’o e aha tërä ’öhipa e ’öpuahia ra ?"
Mai te huru ra ë, i O.R.T.F. pa’i ia i taua tau ra, të ’öpuahia ra e tänina i te rahira’a ruru rïpene i te auahi. Ë, i tö’u taera’a atu ë, ’oia iho ä ! E ’äfata ’äuri tä’äto’a, i reira tö’u fa’anaho-mäite-ra’a, mai te tau ö John Martin ë, tae roa mai iä John Doom ë iä’u iho nei, te mau parau ato’a ä Tearapö, ë tërä tö’u reo i te ti’a Fa’atere ë :

"Eiaha e tü’ino i tërä faufa’a ! E ’ore ’outou e hina’aro, fa’aho’i mai i roto i tö’u rima."
Tërä ia i toe mai ai ’e i ’äfa’i-roa-hia atu ai i te Pü Te Anavaharau ë, ravehia mai ai te ’öhipa rahi. Nö te mea, ’ua tahito te mau rïpene e mutumutu hänoa... ’Ua pü’oi’oi haerehia ’e ’ua haruharuhia mai te mau mea i toe mai, ’ia riro ’ei parau päpa’i, ’e ’ua päpa’ihia ! Rave ’ämui atu ai ’e tö te Fare Väna’a i te fa’atiti’aifaro-haere-ra’a i te mau parau i ’ore i päpü maita’i te haruharura’a.

Tërä ia ’öhipa e parauhia ra i teie mahana, nö ’ö mai te tau ö tö tätou metua ’o Françis Sandford, töna ha’amana’ora’a i te parau ä Pouira iäna ë :

"E Françis, ’ia mämü ta’u reo, ’ia riro rä ’ei faufa’a nö te nuna’a !"
... ’Ua toe mai te tahi, e parau vau ë, e mea toe hape noa mai, ’a vaiiho mai ’oe i tërä ma’a tuha’a iti nä tö ’oe hua’ai ’e nä te fëti’i tamari’i ato’a ö te fenua nei. Eiaha ’oe, e Tearapö, e fa’atupu i te ’ino’ino, e faufa’a tërä...

Eiaha te mata’i ö te tau e puhi ra
’Ia ha’apürara ’ë atu i te reira i roto i te pouri ö te ’aramoina.

(’Iritihia mai teie parau, mai roto mai i te ’örerora’a ä Maco TEVANE täne, i te ’öro’a ha’amana’ora’a iä Pouira ä Te’auna pi’ihia ’o Tearapö -’atopa 1997-’Ärue)

JPEG - 381 ko


Autres articles disponibles en consultation :

- La cérémonie de remise des livrets du 22 octobre 2012

- Historique en français

- Historique en tahitien

- Remise officielle des collections " Parau nō te ‘āi’a ", richesses transmises par Te Arapo

- Rencontre au SCP avec des ayants droits de la famille TE ARAPO

- La mémoire ravivée : les livrets " Te Arapo "

- La légende du requin de Mangareva