Accueil > Français > Développement Culturel & Communication > Travaux et rapports > Etat des lieux des sites légendaires et...

Etat des lieux des sites légendaires et...



1) Etat des lieux des sites légendaires et archéologiques du Te Pari

Depuis plusieurs années les sites naturels du Te Pari, sur la presqu’île de Tahiti, subissent bon nombre de dégradations. Du fait de l’usure du temps d’une part et surtout du non respect des visiteurs d’autre part.
Grottes taguées, circuits salis et lagons souillés, il est aujourd’hui plus qu’urgent d’agir.

Dans l’objectif de protéger et valoriser ces sites d’intérêts historique et culturel, le Bureau du Développement Culturel du SCP, représenté par Matahi CHAVE et Hiro CARUE assistés de Mana MERCIER, a mené, du 8 au 12 décembre 2008, une mission d’observation, des sites archéologiques et légendaires du Te Pari, menée des pierres gravées de Tautira à la grotte de Vaipoiri, à Teahupoo.

Cette mission a consisté à examiner les sites jalonnant Te Pari, délimité par Ofa’i Nana’o à l’est et Vaipoiri à l’ouest, englobant, le long de la côte sur une longueur d’environ 15 kilomètres les vallées de Vai’Ote, Vaita, Taapeha, Faaroa et Vaipoiri.

Elle a permis de réaliser des images à titre conservatoire, pour dresser un état des lieux des sites légendaires et archéologiques du Te Pari (la vallée de Aiurua étant exclue), dresser la liste des dégradations éventuellement remarquées, afin de proposer des mesures de prévention et faire certaines recommandations.

L’ensemble des sites et vestiges situés entre les pierres gravées de Tautira (Ofa’i Nana’o) et la grotte de Vaipoiri à Teahupoo ont ainsi été visités.

• les pierres gravées de Tautira

JPEG - 558.9 ko

• le Herera’a Ume a Turi

JPEG - 535.4 ko

• les marae situés dans la basse vallée de la Vaiote

JPEG - 503.8 ko

• le Pahu no Honoura

JPEG - 165.7 ko

• la grotte de Vaitomoana

JPEG - 445 ko

• le passage de Te Puta et Te horora’a (le passage du diable)

JPEG - 421.5 ko

• la grotte de Anaihe

• le Umete hopuraa tamarii

JPEG - 195.3 ko

• le Te ana hopura’a pape o te arii vahine

JPEG - 174.6 ko

• la baie de Faaroa

JPEG - 547.3 ko

• le Aero moo

JPEG - 359.7 ko

• le Puna aahi

JPEG - 252.5 ko

• la grotte de Vaipoiri

JPEG - 324.6 ko

Site classé le 15 février 1964 sur la liste des sites à conserver et à préserver (cf arrêté n° 391 AA du 15 février 1964) en raison de son intérêt culturel, archéologique, historique et légendaire, Te Pari a été reclassé dans l’une des catégories prévues par le Code de l’environnement, « paysage protégé », le 14 août 2000 (cf arrêté n° 1225/PR du 14.08.2000).


- Arrêté n° 391 A A du 15 février 1964 prononçant le classement du PARI (districts de Tautira et Teahupoo) sur la liste des sites à conserver et à préserver, et proposant le classement dudit site

- Arrêté n° 1225 PR du 14 août 2000 reclassant les sites et monuments naturels de Polynésie française dans l’une des catégories prévues par la délibération sur la protection de la nature

2) Tournage des étapes de la légende de Puna sur le site des plateaux de la Punaruu (Tamanu, Rätä, Maraeti, ‘Iri pa’u, Paepae to’a

Dans le cadre du projet de préparation des journées de Matari’i i raro en 2008, le service de la culture et du patrimoine, a souhaité rendre hommage à la commune de Punaauia où il est implanté. Pour y parvenir, le SCP a choisi de mettre en valeur le thème de la réconciliation au travers de plusieurs pistes.

La première, après la re-découverte et l’expérimentation, la restitution d’une spécialité culinaire de Punaauia, à savoir le fë`ï pï. Ce nom en suscitant le souvenir d’un épisode historique qui a eu la zone pour théâtre, le rappel des faits, reconnus mais profondément refoulés, a été programmé.

La seconde étant de retrouver les marques physiques associées à la légende de Puna (version recueillie auprès de M. Wilfred TETUANUI) afin d’envisager ce récit sous la forme d’un documentaire à réaliser en interne.

Pour ce faire, le SCP, représenté par Doris MARUOI, Tokai DEVATINE, Hiro CARUE et Matahi CHAVE, a organisé une mission de 3 jours sur les hauts plateaux de la vallée de la Punaru’u, en compagnie des responsables de l’association de protection de la vallée sous la conduite de Mme Noella ESTALL-TUTAVAE, de M. Pahi’o TAPETA dit papy Tapeta, de M. Léon TAEREA, et d’une équipe de jeunes qui a adhéré à ce noble objectif.

JPEG - 307.1 ko

Les principaux objectifs ont consisté à retrouver les marques physiques des lieux cités dans la légende de Puna, et autres peho fë’ï (Musa troglodytorum).

Ces parties supérieures de vallées où poussait en abondance cette espèce de bananiers sauvages étaient utilisées comme moyen de délimitation des terres par le service du cadastre. Punaauia est la commune qui possède le plus de terres limitées par des peho fë’ï.

Vous trouverez ci-après les photos de certaines des marques physiques qui ont pu être retrouvées.

• la source de Puna (Vai-puna)

JPEG - 601.1 ko

• le rocher de Püra’u (Papa ö Püra’u)

JPEG - 687.4 ko