Accueil > Français > Patrimoine Archéologique > Les campagnes de prospections et de fouilles archéologiques autorisées en Polynésie française > Les campagnes de prospections et de fouilles archéologiques autorisées en Polynésie française en 2013

Les campagnes de prospections et de fouilles archéologiques autorisées en Polynésie française en 2013



I- Campagne de prospections archéologiques de M. Michel CHARLEUX à Eiao

Dans le cadre de son doctorat s’articulant sur l’île de Eiao comme ancien centre de production et de diffusion d’outillage lithique, M. Charleux organise une dernière mission sur cette île inhabitée de l’archipel des Marquises. Il souhaite poursuivre son étude sur la technologie de l’outillage de Eiao.

Ses deux premières missions en 2010 ont permis de compléter l’inventaire des sites archéologiques (ateliers de taille, carrière) et de recueillir de nombreuses données sur l’outillage lithique produit sur l’île. La troisième en 2011 a été entièrement consacrée au relevé topographique, cartographique et photographique de sites. Les résultats de ces trois premières missions ainsi que les résultats des analyses géochimiques sur des échantillons lithiques nous seront transmis ultérieurement.
Ces travaux 2013 s’inscrivent dans la poursuite des missions antérieures, se concentrant notamment sur la zone « D6 » (cf. carte dans dossier). A la prospection-inventaire de sites en surface s’ajouteront la réalisation de sondages et fouilles sur des sites d’habitat, ateliers de taille, foyers, etc. Les objectifs de cette recherche sont multiples, entre-autres dater l’occupation humaine de l’île (résidence permanente ou temporaire ?), localiser les sites d’extractions du basalte, détailler la technologie et son évolution dans le temps, étudier la chaîne opératoire, créer une base de données géochimique du basalte de Eiao et déterminer les relations interinsulaires pré-européennes.

La durée des travaux archéologiques sur Eiao est fixée à douze semaines, du 22 février au 31 mai 2013.


- Téléchargez l’arrêté n° 443 MCA du 29 janvier 2013 autorisant M. Michel Charleux à effectuer une campagne de fouilles archéologiques sur l’île de EIAO, dans l’archipel des Marquises)

II- Mission archéologique du Dr. Barry ROLETT sur le site de Hanamiai à Tahuata (archipel des Marquises)

Depuis 1984, l’archéologue Barry ROLETT fouille régulièrement le site de Hanamiai sur l’île de Tahuata.

Le site de Hanamiai est intéressant car il se trouve au bord de la baie de Vaitahu, en face du mouillage du Capitaine Cook lorsqu’il séjourna à Tahuata en 1774. Vaitahu est devenu alors un lieu de ravitaillement des baleiniers et des bateaux de commerce dans le Pacifique.

Les campagnes de fouilles successives depuis plus d’une décennie, notamment celles de 2008 et 2010, ont permis de découvrir un paepae bien préservé, enfoui sous cette dune de sable blanc de Hanamiai. Une datation au Carbone 14 a montré que cette structure lithique a été construite au début du XVIIIéme siècle, avant l’arrivée de Cook. Les objets retrouvés à la base du paepae datent de la période préhistorique marquisienne tandis que la fouille des couches supérieures, plus récentes, a révélé un mélange d’objets traditionnels (hameçons en nacre) et modernes (hameçons en fer, clous, bouteilles), témoignant de l’utilisation de ce paepae au moment du contact.

JPEG - 45.3 ko
Fouilles à Hanamiai par l’archéologue Barry Rolett (Crédit Photo : Barry Rolett)


En 2012, Monsieur Barry ROLETT et son équipe ont fouillé une zone de 15 m² dans la dune de Hanamiai mais n’ont découvert une couche culturelle très intéressante qu’à la fin de leur séjour. Cette couche était riche en objets culturels qui dateraient de 1600-1700.

De retour cette année, Monsieur Barry ROLETT souhaite continuer cette fouille et l’étendre de 6 m². Parallèlement, il continuera à s’investir dans l’aménagement du musée de Tahuata et le montage d’expositions. Le mobilier archéologique provenant de ces fouilles y est d’ailleurs exposé de façon permanente. Pour mieux comprendre la période des premiers contacts entre les Européens et le peuple marquisien, l’archéologue souhaite également partager et diffuser ses connaissances aux écoliers marquisiens, avec le soutien du maire et de l’école de Tahuata.

Les fouilles à Tahuata se dérouleront sur six semaines, du 30 juin au 10 août 2013.

- Téléchargez l’arrêté n° 3378 MCA du 10 mai 2013 autorisant M. Barry ROLETT à réaliser une campagne de fouilles archéologiques sur la dune de Hanamiai, dans la commune de Tahuata, île de Tahuata, archipel des Marquises

III- Régularisation de la campagne de prospections archéologiques effectuée par M. Paul NIVA sur l’atoll de Taiaro, dans la commune de Fakarava, archipel des Tuamotu)

L’archéologue Paul NIVA a saisi le service de la culture et du patrimoine (SCP) afin de régulariser les travaux archéologiques qu’il a effectué sur l’atoll privé de Taiaro, rattaché à la commune de Fakarava

JPEG - 168.2 ko
Taiaro - Photo de groupe (crédit photo Diren-Matai Depierre)


En 1977, Taiaro a été le premier atoll classé en « Réserve de la Biosphère » française à l’UNESCO dans le cadre du programme MAB (Man And Biosphere). Il fait partie depuis 2006 de la Réserve de Biosphère de la commune de Fakarava et reste classé en catégorie I du Code de l’environnement de la Polynésie française en tant que Réserve naturelle intégrale.

Au mois de décembre 2012, la Direction de l’Environnement (DIREN) a organisé une mission pluridisciplinaire regroupant des spécialistes de diverses disciplines (botanique, ornithologie, archéologie, biologie marine, etc.) sur cet atoll isolé afin de réaliser l’inventaire de son patrimoine naturel et culturel.

JPEG - 164.4 ko
Taiaro - Parc à poissons (crédit photo A.Litchlé)


Auparavant, les études relatives au programme MAB se sont principalement focalisées sur le milieu marin et ont très rarement pris en compte l’aspect humain et culturel (occupation de l’atoll par les anciens Polynésiens). Il convenait dès lors d’améliorer les connaissances en matière d’archéologie en initiant un inventaire des structures anciennes présentes sur l’atoll. C’est la raison pour laquelle la DIREN a confié à Monsieur NIVA le recensement du potentiel archéologique de Taiaro.

JPEG - 165.2 ko
Enclos à Taiaro (Crédit photo P.Niva)


Un peu plus d’une centaine de vestiges archéologiques ont été depuis recencés. Le matériel récolté est par ailleurs, déjà entreposé dans le dépôt de fouilles du SCP.

JPEG - 159 ko
Ciste à Taiaro (crédit photo P.Niva)


En accord avec la cellule Archéologie chargée de l’instruction du dossier, et par souci de régulariser la situation, Monsieur NIVA a demandé la régularisation de cette campagne de prospections archéologiques, qui s’est déroulée du 02 au 22 décembre 2012.

- Téléchargez l’arrêté n° 3379 MCA du 10 mai 2013 régularisant la campagne de prospections archéologiques effectuée par M. Paul NiVA sur l’atoll de Taiaro, dans la commune de Fakarava, archipel des Tuamotu.

IV- Travaux archéologiques de Monsieur Guillaume MOLLE dans les vallées de Hiniaehi, Haavei et Haavei sur l’île de Ua Huka

Après avoir obtenu sa thèse de doctorat en 2011 sur l’histoire pré et post-européenne de Ua Huka, M. Molle souhaite retourner sur l’île pour une autre campagne de recherches, cette fois-ci dans trois zones spécifiques citées précédemment.

1 – Prospections-sondages archéologiques dans la vallée de Hiniaehi. Cette dernière est l’une des dernières vallées de l’île à n’avoir pas été étudiée : seuls quatre sites ont été identifiés à ce jour par Ralph Linton depuis les années 1920. Pourtant lors de précédentes missions, M. Molle a eu l’occasion d’y observer une multitude de structures qui n’a pas pu faire l’objet d’étude plus approfondie, faute de temps.

JPEG - 82 ko
HINIAEHI (crédit photo G.Molle)


Cette campagne lui permettra de réaliser une prospection intensive de la vallée et de cartographier les vestiges répertoriés en surface. Il envisage ensuite d’ouvrir des sondages sur certaines structures présentant un intérêt afin de récolter quelques échantillons pour dater l’installation de l’ancienne communauté de Hiniaehi. Cette étude précisera l’occupation de l’espace et la nature de l’habitat de ce groupe et permettra une comparaison avec les vallées voisines.

JPEG - 109.8 ko
Site de Ha’avei (Crédit photo G.Molle)


2 – Fouilles et sondages de sites dunaires

M. Molle prévoit d’effectuer des recherches sur deux sites dunaires déjà connus mais restés jusqu’à présent non étudiés. Des sondages archéologiques sur transect de la dune de Haavei, qui a révélé un potentiel archéologique intéressant, et une fouille un peu plus étendue sur la dune de Hatuana.

JPEG - 62 ko
HATUANA (crédit photo G.Molle)


Cette dernière avait révélé la date récente la plus ancienne connue pour l’archipel dans une zone occidentale de la dune, mais avec une anomalie stratigraphique (Molle & Conte 2001). Il s’agira donc d’explorer la partie orientale qui pourrait révéler des vestiges plus étendus et plus anciens.

JPEG - 98.3 ko
Fouille à HATUANA (crédit photo G.Molle)


Nous pouvons signaler que ces dernières recherches dépassent le simple cadre chronologique de l’île de Ua Huka, puisque ces sites dunaires correspondent à des sites préhistoriques anciens, possiblement de l’époque du premier peuplement des îles. Les résultats de ces travaux peuvent donc révéler des informations capitales sur le peuplement de cette partie de la Polynésie.

La totalité du financement de l’opération est assurée par le CIRAP (Université de la Polynésie française) sur le Contrat de projets Etat-Territoire 2012-2013.

Accompagné d’un étudiant, et travaillant sur place avec des personnes sous contrat CPIA avec la commune de Ua Huka, la mission de terrain de M. Molle pourrait ainsi s’étaler sur quatre semaines, soit du 05 juillet au 31 août 2013.

- Téléchargez l’ arrêté n° 4353/MTE du 19 juin 2013 autorisant M. Guillaume Molle à effectuer une campagne de prospection et fouilles archéologiques à Hiniaehi, Haavei et Hatuana, dans la commune de Ua Huka, archipel des Marquises

V- Travaux archéologiques de Monsieur Paul NIVA sur la terre « Hiva » située dans la commune associée de Parea sur l’île de Huahine

Ces travaux répondent à une demande du propriétaire de la parcelle 15C sur la terre « Hiva » située dans la commune associée de Parea sur l’île de Huahine, sur laquelle il projette de construire une petite construction.M. NIVA a été sollicité afin de réaliser une opération d’archéologie préventive sur l’emprise du projet visant à détecter la présence éventuelle de vestiges anciens avant de bâtir. Il s’agit pour l’archéologue d’intervenir sur la parcelle en amont du futur aménagement.

Dans cette optique, ce diagnostic archéologique déterminera si le terrain porte des traces d’occupation humaine ancienne, en surface (par la prospection de terrain) et en sous-sol (par la réalisation de sondages archéologiques). Cette opération permettra donc de détecter et d’identifier les vestiges éventuellement présents sur le site à aménager.

M. NIVA prévoit d’intervenir sur trois zones de la parcelle : des sondages d’1 m² chacun seront effectués afin d’en vérifier le sous-sol et ainsi déterminer le potentiel archéologique du site. Tous les résultats scientifiques recueillis lors de ce diagnostic seront communiqués au SCP au plus tôt pour notifier à l’aménageur les recommandations et mesures à suivre pour l’avancement de son projet.

En effet, selon les résultats obtenus à l’issue de cette recherche archéologique préalable, en concertation avec le propriétaire et le SCP, le projet (notamment l’emplacement du bâtiment) serait susceptible d’être modifié, afin de réduire l’impact des travaux immobiliers sur le patrimoine archéologique présent, et ainsi préserver au mieux les vestiges existants en surface et/ou enfouis.

Le financement de ce diagnostic archéologique sera entièrement assuré par le propriétaire de la terre. Les travaux s’étaleront sur deux semaines, entre le 03 et le 30 juillet 2013.

- Téléchargez l’ arrêté n° 4578/MTE du 01 juillet 2013 autorisant Monsieur Paul NIVA à effectuer une campagne de prospection et fouilles archéologiques sur la terre « Hiva » située dans la commune associée de Parea sur l’île de Huahine

VI- Travaux archéologiques de Monsieur Guillaume MOLLE sur les motu Omenii-nui et Panuikakaode de l’atoll de Temoe, dans l’archipel des Gambier

L’atoll de Temoe a été déserté par ses habitants vers la fin des années 1830 sous l’impulsion des missionnaires catholiques. L’abandon de Temoe a donc assuré l’exceptionnelle conservation de ses monuments et vestiges archéologiques, faisant de cet atoll un terrain de recherche idéal.

Les premières études archéologiques montrèrent le potentiel patrimonial de l’île. Dans les années 1930, l’archéologue K. Emory avait recensé déjà 80 structures (marae, pavages, monticules, etc.). Dans les années 1990-2000, les archéologues suivants, M. Weisler et E. Conte, ont également perçu la richesse archéologique de l’atoll, les prospections mettant en évidence la présence de nombreuses tombes, amorçant en conséquence leur étude funéraire par l’anthropologue physique P. Murail.

C’est ainsi que l’atoll de Temoe fait l’objet d’un programme de recherches archéologiques et anthropologiques débuté en 2001. Plusieurs missions ont été réalisées depuis cette date. La dernière campagne remonte à 2010 et cette mission de 21 jours avait permis de mieux documenter le patrimoine archéologique extrêmement bien conservé de Temoe. Monsieur Molle et son équipe avaient pour objectifs d’étudier de manière significative les vestiges encore érigés. Pour cela, ils ont conduit un inventaire des motu de Kurara, Tutapu, Orotu, Maemae et DO/J complétant la carte archéologique de l’atoll. Des sondages ont été effectués afin de comprendre la fonction des sites. Les fouilles de quelques sépultures et monuments funéraires ont quant à eux, permis une étude anthropologique des restes osseux et d’observer les pratiques rituelles funéraires des anciens habitants de Temoe.

Cette dernière campagne vient clôturer l’étude approfondie de Temoe et se déroulera sur les motu Omenii-nui et Panuikakao. Il s’agira de documenter à Omenuii-nui un ensemble homogène de 32 structures originales qui sera relevé, cartographié, photographié et fouillé. La même démarche sera appliquée à Panuikakao sur une vaste esplanade sur laquelle des tombes coralliennes sont aménagées directement sur le sol et couvrent de nombreux ossements. Lors des fouilles des monuments funéraires et sépultures, des échantillons seront prélevés pour analyse (datations radiocarbonne, analyses génétique et isotopique). Les datations des sépultures et des habitats permettront de déterminer chronologiquement l’ancienne occupation de Temoe.

Monsieur Molle sera notamment accompagné du Professeur Pascal Murail et d’une petite équipe de travailleurs locaux. Leur mission de terrain s’étalera sur quatre semaines, sur une période comprise entre le 14 octobre et le 15 décembre 2013.

- Téléchargez l’ arrêté n° 7549/MTE du 26 septembre 2013 autorisant M. Guillaume Molle à effectuer une campagne de prospection et fouilles archéologiques sur les motu Omenii-nui et Panuikakaode de l’atoll de Temoe, dans l’archipel des Gambier