Accueil > Français > Patrimoine Archéologique > Nos programmes > Nos programmes

Nos programmes

La carte archéologique de la Polynésie française

La carte archéologique de la Polynésie française véritable chantier perpétuel, recense l’ensemble des sites archéologiques, historiques et légendaires du Pays.

Cet inventaire archéologique représente l’une des activités prioritaires du bureau archéologie. Sont inventoriés tous les sites du patrimoine matériel : les sites archéologiques (marae, paepae, terrasses d’habitat ou de culture, tohua, me’ae, épaves, etc), historiques (maisons coloniales, églises, fortins) et légendaires (liés à un rocher, un lieu, une grotte), qu’ils soient détruits ou non, terrestres ou subaquatiques.

Ces sites sont répertoriés lors de prospections et fouilles ainsi qu’à partir de l’étude de documents fonciers (tomite), sources bibliographiques, ethnohistoriques (témoignages des premiers navigateurs européens et des missionnaires) et légendaires (recueils de traditions orales).

Afin de réaliser une carte de répartition de ce patrimoine (à l’échelle d’une commune ou d’une île), chaque site et chaque structure est enregistré dans une base de donnée informatisée. Le logiciel Arcview nous permet donc l’édition de documents cartographiques, de localiser les sites par des points ou par des polygones lorsqu’il s’agit de zones archéologiques et de visualiser l’ancienne occupation de l’espace (répartition spatiale des sites) et ainsi comprendre le mode de vie et de pensée de l’ancienne société polynésienne.

L’élaboration de cette carte archéologique est un enjeu important pour la connaissance et la gestion du patrimoine archéologique du Pays. Elle permet par exemple, de renseigner les décideurs du Pays et les acteurs de la vie économique et sociale, sur le patrimoine culturel existant et ainsi de le prendre en compte lors de projets d’aménagements, des travaux immobiliers et des PGA.

L’archéologie programmée

Les fouilles et la recherche sur le terrain sont d’importantes opérations réalisées par des chercheurs français ou étrangers qui recueillent des données scientifiques et patrimoniales du Pays. Aussi, le service instruit toute demande d’autorisation de recherche auprès du Pays.

Les opérations archéologiques (terrestre(s) et/ou subaquatique(s)) se répartissent de la façon suivante :

-  fouilles programmées
-  fouilles de sauvetage
-  diagnostics
-  prospections
-  restauration
-  découverte fortuite

Les fouilles programmées sont des opérations de recherches prévues ou correspondant au renouvellement de recherches entamées depuis quelques années par des chercheurs. Elles livrent chaque année de nouvelles données qui viennent préciser l’histoire pré-européenne de la Polynésie. Ce travail participe à l’élaboration de la carte archéologique.

L’archéologie préventive

La notion d’archéologie préventive a encore des difficultés à s’appliquer dans notre paysage local, faute d’absence de réglementation contraignant les aménageurs à prendre en compte le patrimoine culturel situé dans l’emprise de leurs travaux immobiliers (routes, aérodromes, lotissements etc.).

L’archéologie préventive est directement liée à des projets de travaux immobiliers. Ces opérations archéologiques (diagnostics, fouilles de sauvetage) sont motivées soit par l’instruction d’un dossier d’urbanisme, soit plus fréquemment par l’auto saisine du SCP en l’absence de réglementation en la matière.

Conduites par le SCP, avec ou non la collaboration des aménageurs, elles sont de courte durée. Elles permettent de recueillir des données scientifiques et patrimoniales importantes avant le début des travaux d’aménagement.
Notons l’absence d’opération, faute de moyens financiers et humains, hors des Iles de la Société où pourtant de nombreux sites sont dégradés voire même détruits.

Instruction des dossiers d’urbanisme

L’instruction des documents d’urbanisme est une application concrète de la carte archéologique. L’équipe doit répondre à des demandes de renseignement pour des études préalables, des permis de construire et des autorisations de travaux.

Ces demandes proviennent de bureaux d’études et de différents services administratifs (Direction de l’environnement, Service de l’urbanisme, Service du développement rural, etc.).

Une carte topographique portant les sites et les zones archéologiques et/ou une liste commentée de ce patrimoine, peuvent être fournies aux demandeurs.